Exercices

Le cap sur l'énergie

Cultivez votre jardin d’énergie contagieuse

Le jeu de la vie est parfois vicieux. De façon pernicieuse, vos habitudes et pensées vous endorment et vous enferment dans un train-train éreintant. Le cœur et la joie de vivre ne sont plus au rendez-vous. Il est temps de rafraîchir votre programme interne : trier le bon du mauvais, vider la corbeille et mettre la cap sur ce qui nourrit votre cœur ! Redevenir un amateur à l’énergie contagieuse en choisissant des objectifs réjouissants pour vous (et vous seul pouvez les déterminer). Oser entreprendre et explorer de nouveaux territoires, car la vie sourit au débutant !

Méditation du jardin de l’énergie contagieuse

Imprimez le modèle (à télécharger ici) ou recopiez-le sur une grande feuille. Puis accordez-vous au moins trente minutes de pause : installez-vous confortablement et remplissez les différents espaces de la fiche.

  • Commencez par la colonne centrale. Inscrivez tout ce que pensez devoir faire : vos obligations, tout ce que vous qualifiez de nécessaire, ce que vous pensez devoir accomplir pour “être pro”, pour être un “bon” parent, conjoint ou ami… Que ce soit dans votre vie professionnelle ou personnelle, notez tout ce qui vous vient.
  • Puis inspirez profondément et commencez à penser l’exact opposé de ce que vous avez écrit dans la colonne centrale. Imaginez le contraire ou ce que serait votre vie si l’argent n’avait pas d’importance, si vous aviez tous les moyens à votre disposition. Pensez aussi à tout ce qui vous a fait du bien récemment et à ce que vous avez vraiment aimé faire.
  • Notez dans les bulles de gauche et de droite tout ce qui vous est venu, vos aspirations profondes comme les détails qui vous font envie. Laissez votre esprit vagabonder longuement dans “votre jardin intérieur” : il faut souvent du temps pour lâcher les résistances et oser imaginer l’inimaginable. C’est un vrai travail… mental, émotionnel et physique ! Creusez, explorer. Continuez à noter les idées les plus fantaisistes comme les besoins profonds. Ressentez-les dans votre corps et prenez conscience de ce qui vous fait du bien : ce qui vous fait sourire, vous donne envie, vous apaise, vous stimule.
  • Voilà, vous vous trouvez au cœur de votre énergie, de ce qui vous met en mouvement. Sentez votre énergie et ce qu’elle permet. Peut-être vous fait-elle pousser des ailes, vous donne-t-elle une incroyable confiance. Sentez votre choix de vivre à partir de ce qui vous fait du bien et rend votre vie désirable. Sentez votre détermination à cultiver ce qui se trouve dans les “bulles”.
  • Laissez reposer et relisez-vous à l’occasion. Vous seul pouvez décider d’alléger et de réorganiser votre agenda selon vos priorités : faites-y une grande place à votre jardin d’énergie, à ce qui vous plaît vraiment.

– – – – –

Naissance d'une force 2

Visualisation de la rose, un “must”

Cet exercice vous permet de vous reconnecter à la force qui fait avancer le monde. Prenez un temps pour vous installer confortablement et vous reconnecter à votre respiration. Écoutez-la. Sentez l’air entrer dans vos poumons et en sortir. Faites le silence à l’intérieur de vous au fur et à mesure que votre respiration devient de plus en plus profonde et tranquille. Faites le vide en vous et laissez votre corps se poser à l’endroit où il est installé. Soyez simplement présent/e à vous-même, sans plus chercher à faire quoi que ce soit.

  • Imaginez maintenant un bouton de rose complètement fermé. Visualisez la tige, les feuilles et le bouton au somment de la tige. Le bouton apparaît entièrement vert parce que les sépales sont encore fermés, mais tout au bout on peut apercevoir un point de couleur. Tout en l’observant, vous percevez un léger mouvement des sépales qui commencent à se séparer en tournant leurs pointes vers l’extérieur, laissant ainsi apparaître les pétales de couleur… Continuez à suivre le mouvement des sépales qui s’ouvrent.
  • Maintenant vous pouvez voir clairement le bouton de la rose et sa couleur. À présent suivez le mouvement des pétales qui elles aussi s’ouvrent tout doucement. Prenez un moment pour contempler le splendide bouton de rose à moitié ouvert. Le bouton continue à s’ouvrir à votre rythme, jusqu’à ce que la fleur se révèle dans toute sa beauté.
  • Prenez le temps de sentir quels sensations et émotions sont présentes en vous. Approchez-vous de la rose. Observez-la, détaillez-la : ses nuances, sa forme. Sentez-la : laissez-vous envahir par son parfum.  Imaginez que vous pouvez la toucher, la caresser, et sentez ce qui se passe en vous. Nommez l’émotion présente.
  • Visualisez maintenant tout le rosier et imaginez la montée de la sève depuis les racines jusqu’à la fleur. Sentez la force vitale provoquer l’épanouissement de la rose. Identifiez les qualités que vous inspire cette énergie vitale.
  • Maintenant imaginez que cette rose, c’est vous. Sentez que l’énergie qui anime l’univers et provoque l’épanouissement de la rose vous anime également et participe à votre propre épanouissement et irradie en vous. Vous êtes cette rose… Sentez votre choix de coopérer à cette floraison. Écoutez-la. Laissez la rose vous délivrer un message.
  • Prenez maintenant un temps pour dessiner la rose, son énergie (laissez votre main vous guider). Puis noter tout ce qui est venu pendant la visualisation. Regardez votre dessin, voyez l’énergie qui s’en dégage, donnez un nom à votre rose et laissez résonner en vous.
  • Vous êtes cette rose. Vous êtes l’énergie ou la force qui vient changer le monde…

– – – – –

coaching_exercice_osez_le_symbole

Découvrez le symbole qui vous fera avancer !

Un problème surgit, se répète et ne vous lâche plus… Vous cherchez alors une solution concrète pour résoudre ce problème. Mais votre inconscient ne l’entend pas ainsi. Toute problématique engendre une ambivalence car elle comporte deux aspects : elle est à la fois limitante et protectrice ! Pour sortir de cette ambivalence, vous avez besoin de changer de perspective.

Les symboles changent votre réalité

Tout en douceur et quelque soit votre problématique, les symboles agissent à travers la visualisation en intervenant dans les couches profondes de votre psychisme. Ces puissants agents d’intégration, supports de votre intuition, créent une nouvelle réalité, d’abord intérieure, puis extérieure. En choisissant un symbole, vous vous connectez à son énergie et sa force, ce qui entraîne un changement de niveau. Guidé/e par votre imagination et votre être profond, vous prenez le temps de voir un autre monde. Vous vous reliez ainsi à cette partie de vous-même toujours en relation avec le monde, qui comprend mieux que votre mental ce qui vous arrive dans la vie et en dégage le sens. Cette partie s’appelle le Soi. Le Soi vous parle à travers les symboles : sachez l’écouter.

15 nuances pour avancer

Roberto Assagioli, fondateur de la psychosynthèse, a défini quinze catégories de symboles pour travailler avec l’imagination et dialoguer avec votre inconscient. Ces quinze catégories de symboles, qu’il nomme transpersonnels parce que porteurs d’énergies puissantes et universelles, sont :

Prenez un temps pour vous, dans un endroit tranquille, et munissez-vous d’un carnet – ou feuille – et d’un stylo.

  • Pensez à une problématique actuelle : un problème récurrent ou quelque chose qui vous pèse particulièrement ces temps-ci.
    Ex. Crise de couple.
  • En quels termes pensez-vous à cette problématique ? Comment la gérez-vous ? Quelles émotions et croyances y sont associées ? Prenez-en conscience et notez par écrit tout ce qui émerge au fur et à mesure de votre réflexion.
  • Lâchez votre carnet et stylo. Ouvrez ici le diaporama contenant les images et choisissez-en une – ou consultez-y la liste des 15 catégories de symboles pour en sélectionner une.
  • Fermez les yeux. Respirez. Laissez émerger en vous le symbole. Écoutez le symbole avec tous vos sens : vision, toucher, odorat, goût, ouïe. Que vous inspire-t-il ou vous dit-il ? Laissez-vous guider par ce symbole. Suivez son mouvement et voyez où il vous emmène. Comment vous sentez-vous ?
    Ex. Une porte. Je la vois toute petite, étroite, en bois rugueux, teintée en chêne. Elle me dit : ouvre- moi. Je la franchis : j’arrive dans une grande prairie au soleil. Il fait frais et bon, je respire.
  • Ouvrez les yeux et notez ce qui vous est venu.
  • Faites le lien avec votre problématique. Comment cette visualisation peut-elle éclairer la problématique ? Notez les associations.
    Ex. La crise était une porte vers la liberté. Ai-je utilisé cette porte ? Et comment ?
  • Tirer la leçon de cette visualisation.
    Ex. Une crise est aussi une opportunité d’utiliser ma capacité d’autonomie et de liberté.
    (Protocole élaboré par Tan Nguyen, directeur du Centre Source, École française de psychosynthèse)

– – – – –

EX_richesse_vous

Découvrez votre richesse

Grandir se fait souvent en s’adaptant et en essayant de se conformer à certaines attentes extérieures. Vient alors le moment où vous vous sentez appelé à revenir à vous, à vos valeurs et aspirations profondes. La révolution consiste à renverser le fonctionnement appris pour aller vers plus d’authenticité et de vérité. C’est maintenant au monde de s’adapter à vous. Vous allez vous donner les moyens de choisir ce qui vous convient. Le monde qui vous entoure est comme un vêtement qui recouvre votre peau : soit vous vous contentez de vêtements trop étroits ou trop évasés qui ne vous mettent guère en valeur, soit vous partez avec ferveur à la recherche de ceux qui vous épousent le plus parfaitement possible.

C’est autour du meilleur de vous-même qu’il vous faut construire votre vie. Le changement sera d’adapter le monde à ce qu’il y a de plus expressif, de plus talentueux et de plus singulier en vous. La richesse, c’est vous. Pour cela, il va falloir changer tout le reste : votre regard sur vous-même, vos jugements, vos désirs, vos pensées. Car vous êtes bien plus que ce que vous pensez.

Exercice

Pour cet exercice, offrez-vous un moment de pause et de silence dédié à vous-même. Être avec soi nécessite souvent courage et engagement. Sentez votre choix et votre envie de vous révéler à vous-même et au monde. Tout changement ne peut venir que du plus profond de soi.

  • Pensez à un moment fluide, dans lequel vous vous êtes senti bien, heureux, en pleine possession de vous-même. Ne chercher pas dans votre tête, laissez votre inconscient choisir le souvenir adéquat.
  • Une fois identifié, notez toutes les impressions et ce qui vous a permis de vivre ce moment de grâce : décrivez le lieu, la lumière, les couleurs, les sensations, les personnes présentes, les gestes et mots, les odeurs, le goût qui émane de cette expérience. Prenez conscience de ce que vous avez ressenti à ce moment-là : aussi bien les sentiments que ce qui se dégageait de vous. Notez les qualités et les nuances de l’énergie que vous pouviez capter à cet instant précis.
  • Puis notez les pensées que vous avez eu quand vous vous sentiez si bien, écrivez vos envies, vos élans.
  • Amusez-vous à décrire la personne que vous étiez dans ce souvenir comme si celle-ci était un personnage de roman ou de cinéma.
  • Pour compléter l’exercice, je vous propose de vous prendre en photo. Pensez au souvenir choisi, revivez-le et photographiez-vous. Cette photo ne doit pas être parfaite : elle peut être floue, pas cadrée comme vous en avez l’habitude… peu importe. Appuyez autant de fois que vous le voulez. Changez de tenue (trouvez les habits qui illustrent ce moment ou déshabillez-vous et montrez votre peau), amusez-vous, jouez, appuyez, bougez, appuyez, souriez, riez… jusqu’à avoir une ou plusieurs photos de vous qui reflètent l’énergie ressentie. Ne supprimez que celles où vous ne vous plaisez absolument pas. Puis laissez-les “reposer” quelques jours. Plus tard vous choisirez celles qui vous surprennent et vous inspirent le plus : imprimez-les et collez-les dans le cahier.

Pour vous aider, imprimez la fiche et la liste des qualités.

    

– – – – –

Rêver et rêver grand

Rêvez en grand pour vous réaliser

Chaque temps de “vacance” est fait pour expérimenter un nouveau lieu ou rythme, changer de routine, de vêtements ou de compagnons de voyage. Ou tout simplement changer de regard sur vous et le monde qui vous entoure. Vous quittez la suractivité pour vous détendre et c’est le moment idéal pour vous réinventer. Pour cela, il est possible de lâcher les objectifs entêtants comme : trouver l’homme, la femme ou le job de ma vie, fonder une famille, gagner plus d’argent, déménager, voyager… Oubliez-les. Soyez à l’écoute des profonds murmures et élans de votre cœur. La révolution consiste à accueillir les désirs du héros ou de l’héroïne blottie au fond de vous-même. Le rêveur est un créateur qui a besoin de rêves à la mesure de son potentiel. Pour viser juste, il faut viser plus haut.

Dans un film, un assistant recueille un homme perdu, qui erre dans les rues et vient de faire une overdose. Il lui donne un médicament et lui dit : “Ferme les yeux et imagine ta vie idéale.” L’homme répond : «J’aimerais me réveiller le matin défoncé et me coucher le soir tout aussi défoncé».
– Oui, c’est ce que tu aimerais, être défoncé toute la journée. Imagine que ce soit possible sans prendre d’héroïne…
– Je n’y arriverai pas.
L’assistant lui demande son prénom : “Pedro”.
– Pedro n’y arrivera pas. Mais donne-moi le prénom de quelqu’un qui y arriverait.
– “Blade”… répond Pedro en souriant.
– Viens avec moi, Blade. On va réaliser ta vie idéale.

Exercice

Laissez-vous guidé/e par une voix intérieure et profonde, en acceptant de rencontrer l’inconnu. Prenez le temps de vous détendre, de vous poser dans un endroit propice à la rêverie, à l’abri des interruptions. Vous n’avez peut-être pas l’habitude de vous laisser rêver : prenez le temps d’être à l’écoute de votre respiration, de détendre tous vos muscles, de laisser votre corps guider vos mouvements ou votre position. Vous pouvez rêver en courant ou en vous allongeant sur un lit, en marchant ou en dansant avec la musique qui vous inspire : à vous de trouver l’endroit qui vous fait du bien pour vous retrouver. Car ceci est un moment marquant : un rendez-vous avec vous-même.

  • Laissez votre imagination et intuition vous guider, votre esprit vagabonder. Qu’a besoin de vivre le héros ou l’héroïne dans votre roman ? Connecté à l’élan vital qui vous anime, que cherchez-vous à vivre absolument ? À travers toutes les différentes expériences récentes, quel chemin se dégage ? Qu’avez-vous besoin de lâcher et quelle nécessité s’impose à vous ?
  • Sans tenter à répondre à ces questions de façon rationnelle, laissez-les résonner en vous. Ne cherchez pas de réponse, mais voyez où ces interrogations vous mènent. Acceptez d’être guidé par une main extérieure qui veut vous montrer quelque chose que vous ne voyez pas.
  • Le mouvement peut aider. Quand le corps bouge, les pensées et l’esprit se meuvent également. Dansez. Dessinez. Écrivez. Respirez. Faites un tour dans le jardin, jouez avec le chien et revenez.
  • Les réponses sont en vous, mais seul l’esprit complètement libre peut les cueillir. Sentez que vous pouvez vous faire confiance et donnez à votre imagination créative le pouvoir de diriger vos visions. Une seule consigne : notez tout ce qui vient, aussi futile ou absurde que cela paraisse.
  • À chaque vision, allez le plus loin possible. Poussez-la à bout pour faire tomber vos résistances. Il n’y a rien de plus impossible que d’imaginer l’impossible. Alors osez l’impossible. Soyez intrépide et demandez-vous : qu’est-ce qui serait encore meilleur ou plus osé ? Mettez-y du cœur.
  • Quand vous aurez atteint le meilleur possible, vivez-le. Sentez dans votre corps comment vous vivez intérieurement ce pan de vie idéale. Vivez-le intensément, comme si vous y étiez : visualisez, sentez, ressentez dans les moindres détails, avec vos cinq sens. Mettez-vous à l’écoute de vos sentiments, goutez-les, savourez-les. Ce sont ces sentiments-là que vous avez besoin de vivre, ici et maintenant.
  • Pour finir, donnez un prénom à la personne capable de vivre et réaliser vos visions. 

Imprimez la fiche et remplissez les cases avec vos différentes visions et les sentiments qui les accompagnent.

Quelles que soient vos visions, ne cherchez pas à les réaliser maintenant (la réalisation, c’est pour plus tard). Prenez le temps de les intégrer par le ressenti et les sentiments. Vos visions sont porteuses de vos désirs. La dernière question à laquelle vous puissiez répondre actuellement, c’est : Comment ?”. Comment faire pour y arriver ? La loi du désir est la suivante : sentir son désir, accepter et dire oui à ce désir. Ensuite le désir trouve son chemin.

– – – – –

EX_desir_y_es_tu

Identifiez vos désirs

Comme le soleil qui brille de mille feux, votre potentiel est infini. À condition de pointer le curseur sur un élément essentiel : vous reconnecter à votre désir. Désir y es-tu ? Que fais-tu ? Entends-tu ?

Conditionné par des croyances qui engendrent trop souvent impuissance et frustration, nous sommes inconsciemment façonné pour survivre et nous sur-adapter, non pour être heureux. L’environnement nous pousse à rester cantonné dans notre zone de confort et à ne plus trop s’aventurer en zone inconnue. Or c’est en osant élargir cette zone de confort que nous révélons notre véritable potentiel. La révolution consiste donc à affirmer haut et fort : “Mon nouveau cadre sera celui de mon désir”. Si comme moi, vous avez grandi en entendant à maintes reprises : “On ne fait pas ce qu’on veut dans la vie”, il n’y a rien de plus renversant que d’imaginer pouvoir construire votre vie à partir de votre désir. Pour vous guider dans votre accomplissement personnel, voici les 3 lois du désir.

désir ≠ besoin

Tout d’abord, il est important de différencier deux notions, à savoir besoin et désir. Le besoin prend sa source dans le vécu archaïque et tend à la préservation : maintenir un état d’équilibre extérieur, nécessaire au bon fonctionnement physiologique, émotionnel et spirituel. Pouvoir identifier ses besoins est une étape essentielle. Pour sentir ce dont vous avez besoin, vous pouvez accueillir les états d’âme qui traînent en toile de fond et répondre à ces questions : De quoi ai-je besoin ? Comment me sentirais-je si mes besoins étaient satisfaits ? Que me procure la besoin comblé ? Vous pouvez identifier vos besoins (il sont souvent nombreux) grâce à la liste des besoins. Quand un besoin est identifié ou satisfait, il n’est plus une priorité. En partant d’un besoin comblé ou d’un état de satisfaction, vous pouvez le transformer en désir. Vous passez à une autre dimension, qui n’est plus celle de la préservation, mais celle de l’imagination active et du jeu.

quel est votre désir ?

Votre désir, lui, n’est pas forcément en rapport avec votre besoin. Il est le mouvement spontané, changeant et mouvant de l’adulte libre et créateur. Le désir naît du vide, une zone d’inconfort qui se manifeste quand vous renoncer (dans un moment de tension et provisoirement) à vos objectifs. Vous lâchez prise en laissant de côté le contrôle et en vous détachant. Vous redevenez créateur de votre vie au moment même où vous entrez dans la dimension ludique de la vie. Cet état vous est familier car vous l’avez expérimenté enfant. En étant réceptif, ouvert, connecté aux autres et au monde, vous vous ouvrez à l’inspiration et à l’intuition. C’est dans cette zone de jeu que le désir s’exprime. Il peut rebondir sur un mot, une image ou une musique, une rencontre ou un évènement qui peut sembler anodin mais porteur de sens pour vous. Imaginez-vous au volant d’une voiture sur une route qui vous est réservée : vous seul êtes capable de lire et de comprendre la portée des signaux qui jalonnent cette route pour choisir le chemin à suivre.

Loi du désir n°1 – le désir a une dimension symbolique : je désire ce qui a un sens pour moi

Chaque fois qu’il y a désir, il y a empêchement. Ce sont les émotions archaïques, les croyances et certaines angoisses bien ancrées qui reprennent le dessus. Le stress remonte à la surface lorsque vous cherchez à répondre à la question : “Comment faire ? Vais-je y arriver ? Suis-je à la hauteur ?”.  Vous vous contractez intérieurement et ne pouvez plus recevoir les réponses de votre environnement. Vous vous coupez de l’état naturel qui est la satisfaction des besoins. Par exemple, vous désirez faire une rencontre et ce besoin correspond à un mouvement, une ouverture. L’environnement y répond, sauf si vous restez fixé/e sur un imaginaire venu du passé, à savoir une personne comme-ci et comme-ça ou une représentation figée : vous nourrissez votre frustration. Pour pouvoir recevoir, il faut être en état de repos et d’ouverture. Alors accueillez ces vieux fantômes que sont émotions, stress de survie et croyances, remerciez-les pour leurs bons et loyaux services, puis sentez votre désir. La réalisation suivra naturellement.

Loi du désir n°2 – écouter, sentir son désir. ensuite le désir trouve son chemin

Le désir n’obéit à aucune justification. Le désir est le mouvement libre et joyeux de l’adulte que vous êtes aujourd’hui, appelé à s’accomplir en fonction de vos choix.

Loi du désir n°3 – le désir ne se justifie pas : je fais ça parce que c’est mon désir
Visualisation La prairie du désir

Pour vous guider, voici un de mes outils préférés : une visualisation nommée “La prairie du désir”. La visualisation n’est pas un exercice gratuit. Elle fait appel à votre imagination et répond à votre énergie vitale. Chaque fois qu’un projet qui vous tient à cœur se réalise, même en imagination, vous en faites une véritable expérience qui marque le corps et l’esprit. C’est tout votre être qui est touché.

  • dentifier vos besoins. Écoutez et répondez à : “De quoi ai-je besoin ?”. Prenez le temps de noter ce qui vous vient. Puis gardez en tête le besoin le plus marquant. Fermez les yeux et prenez conscience de votre respiration. Respirez plusieurs fois jusqu’à sentir un rythme paisible s’installer.
  • Imaginez maintenant que vous êtes dans la nature, dans une prairie imaginaire. Visualisez-là tranquillement, jusque dans les moindres détails. Cette prairie va vous aider à faire émerger votre désir. Vous vous y promenez à votre rythme.
  • Cheminez et posez des questions, toutes celles qui vous viennent, car c’est la prairie qui vous guide. Interrogez-la. Voyez d’où viennent les réponses, car chaque aspect de la prairie peut se mettre à vous parler, se transformer, vous indiquer un chemin.
  • Ne cherchez pas à contrôler ou retenir les images qui vous viennent. Faites confiance à votre imagination. Laissez celles-ci s’imprimer au fur et à mesure que vous cheminez.
  • À chaque question, laissez la prairie et le paysage se transformer pour y répondre. Imaginez que vous avancez pris dans un mouvement, comme si vous suiviez une balle. Vous êtes cette balle qui avance et reçoit les réponses de la nature environnante.
  • Quand vous êtes rassasié et satisfait des ressources de la prairie, quittez-la et ouvrez les yeux. Qu’en est-il maintenant de votre besoin initial ? A-t-il changé, évolué ou est-il confirmé? Quel est le sentiment présent ? Quel image ou symbole gardez-vous de ce voyage ? Quel désir a émergé ? Autorisez-vous à accueillez votre désir et à vous appuyer sur son énergie motrice.

Complétez la fiche sur les désirs et besoins. Identifiez vos besoins grâce à la liste fournie.

  

– – – – –

EX_choix_puissance_2

Retrouvez la liberté de choix

La puissance vient de la liberté de choix. Pour avancer, vous avez besoin de vous libérer de certains schémas, qui dirigent votre vie de façon mécanique, grâce à la prise de conscience qui permet la désidentification. Se désidentifier signifie prendre de la distance et se décoller du scénario inconscient, qui s’accompagne souvent d’un sentiment d’impuissance : “Je ne peux pas faire autrement, je suis comme ça”. L’impuissance est l’idée que vous vous faites parfois de vous-même, avec vos limites ou incapacités : “Je ne suis pas capable de, je ne peux pas”. La puissance vient de votre énergie vitale, vos désirs, réussites et qualités essentielles : “J’ai envie de, je veux”. (voir le premier exercice La richesse, c’est vous). Quand vous vous lancez dans un projet, demandez-vous : “Est-ce que j’envisage ce projet à partir de ma puissance ou de mon impuissance ?”.

Un ami m’a parlé d’une série, Fringe, dans laquelle les personnages vivent à la fois dans la vie réelle telle que nous la connaissons et en même temps dans une deuxième dimension : il s’agit d’une vie parallèle dans laquelle chaque personnage a fait des choix différents et la vie s’y déroule autrement. Inspirée par la force de la deuxième dimension, je vous propose une visualisation qui vous permet de récupérer le potentiel endormi à partir des choix effectués dans votre vie. “Chaque être humain recèle en lui tout le potentiel pour réaliser ses rêves et ses objectifs les plus ambitieux”, écrit Henri Suso. Soyez cet être humain là.

Visualisation “Fringe” ou la deuxième dimension

Installez-vous confortablement avec une feuille de papier et un stylo.

  • Pensez à votre vie et à tous les choix que vous avez faits, aussi bien dans vos études ou votre travail que dans votre vie relationnelle, sentimentale et familiale. Laissez ressurgir tout ce à quoi vous avez dit non : ce sont parfois des choix sur lesquels vous vous interrogez, des propositions refusées ou des regrets. Insistez également sur ce que vous avez accepté et qui vous pèse.
  • Prenez votre feuille au format paysage et tracez une ligne horizontale sur toute la largeur (c’est votre ligne de votre vie). Puis marquez chronologiquement d’une croix chacun des choix importants qui ont marqué votre vie.
  • Puis, à partir de chaque croix, imaginez quelle aurait été votre vie si vous aviez fait un autre choix. Pour chaque option, tracez à partir de la croix une ligne qui diverge en indiquant l’autre choix possible.
  • Quand vous partez sur une nouvelle trajectoire, faites confiance à votre imagination et aux images qui vous viennent. 
Quels sentiments procurent ces autres possibilités de vie ? La prise de conscience peut être douloureuse mais est toujours libératrice. Autorisez-vous à accueillir ces émotions sans les juger.
  • Puis sentez quelle dynamique émerge des choix que vous avez faits. Quel scénario ou injonction inconsciente, en quelques mots, guide vos décisions et dessine votre ligne de vie.
  • Laquelle de ces 4 dynamiques vous correspond le mieux ?
    1. adapté passif : je me soumets sans broncher au chemin que d’autres ont tracé pour moi
,
    2. adapté actif : je m’adapte en modelant mon chemin (je fais mes propres choix, je dis oui ou non)
3. rebelle passif : je sors du cadre sans en assumer vraiment les conséquences
,
    4. rebelle actif : je sors du cadre et de la norme en assumant complètement mes choix
.
  • Pour terminer l’exercice, sentez quelle dynamique active (!) serait la plus adaptée aujourd’hui pour réorientez vos désirs.

Pour vous aider, imprimez la fiche 1 et la fiche 2.

– – – – –

Le secret des émotions

Naviguez sur l’océan des émotions

Maîtriser l’incontrôlable, est-ce possible ? Les émotions sont comme la mer, difficiles à maîtriser, se manifestant souvent à votre insu : expressions faciales, rougeurs, tremblements, larmes irrépressibles, sensations diffuses, tensions violentes… Elles colorent votre vécu, dévoilent ce qui se passe dans les profondeurs de votre inconscient et vous mettent à nu. Les émotions font parfois mal et bousculent : plus vous résistez, plus elles s’acharnent et se rigidifient. Vous touchez là votre vulnérabilité et humanité. Changer de regard sur vous-même passe par sortir du jugement négatif posé sur un grand nombre de vos ressentis. 
La révolution consiste à prendre soin de vos émotions pour devenir libre et responsable de vos choix. Apprenez à naviguer sur l’océan des émotions pour bien diriger votre barque. Quand vous laissez couler vos sentiments, vous vous coulez dans l’énergie du monde.

Identifiez-les

Avez-vous l’habitude d’être à l’écoute de vos sentiments ou bien les refoulez-vous ? Est-ce que certaines émotions sont interdites ou particulièrement gênantes ? Quatre grandes émotions font tanguer votre vie : joie, tristesse, colère, peur. Ces précieux indicateurs de votre état d’esprit ainsi que du lien que vous tissez avec les autres et le monde vous indiquent le chemin. Alors prenez le temps de repérer l’émotion qui émerge. Nommez le sentiment et ressentez comment il se manifeste dans votre corps. Restez au plus proche de la sensation qui agit à l’intérieur de vous-même et lâchez tout jugement. Dites-le, écrivez-le : “Je me sens (sentiment)”. C’est votre sentiment. Ce n’est pas vous. Si vous avez l’habitude de dire, par exemple : “Je suis frustré”, ne vous étonnez pas si quelqu’un un jour vous répond : “Bonjour Frustré, je suis Bertrand”. Ressentir permet d’être en contact avec les autres et le monde. Quand les sentiments deviennent conscients, ils ouvrent la structure mentale : l’échange redevient fluide et vivant. Aidez-vous de la liste de sentiments.

Déchargez

Quand les émotions vous envahissent, il faut décharger le trop plein pour vous reconnecter avec l’énergie vitale. Extériorisez la joie en riant, en la partageant avec les autres. Déversez la tristesse en pleurant. Expulsez la colère en hurlant, tapant, cognant, tordant (un objet symbolique et sans danger) ou en écrivant une lettre orageuse qui ne sera pas envoyée. Relâchez la peur en la mimant avec exagération. Imaginez des stratagèmes vivifiants qui exploitent et libèrent l’énergie contenue : trouvez-vous un endroit tranquille et n’ayez pas peur du ridicule. Les émotions sont des supports pour créer des croyances positives et motivantes : en vidant les tensions, vous pourrez sentir votre présence et laisser émerger un espace de plénitude ou sérénité. Car quand il y décharge, la joie devient euphorie et optimisme réel, la colère reconnecte à la vitalité et au dynamisme, la tristesse fait place à la paix et à la détente, la peur se transforme en sécurité et tranquillité. À l’opposé, quand il y n’y a pas de décharge : la joie sème inquiétude, culpabilité ou douleur, la colère somatise ou déclenche une violence froide et des accès de rage, la tristesse se répand en mélancolie et dépression, la peur devient angoisse et panique.

Exercice
  • Pensez à une émotion qui vous submerge fréquemment ou rappelez-vous une situation délicate émotionnellement. Prenez le temps de vous remémorer et de revivre l’expérience. Qu’avez-vous ressenti ? Quel sentiment était présent ? Laissez remonter les pensées ou jugements qui vous ont assailli. De quoi aviez-vous besoin à ce moment-là ?
  • Imaginez un personnage réel ou imaginaire, une figure archétypale, qui pourrait remplir ce besoin ou vous apporter ce qui vous fait défaut. Visualisez cette personne. Que dégage-t-elle ? Quelles sont les qualités qui permettent de répondre à votre besoin ? Sentez ces qualités en vous.
  • Imaginez que vous incarnez maintenant ce personnage. Respirez. Ressentez ce que ça fait de ne plus avoir peur de votre jugement, car vous pouvez faire appel à ce personnage à chaque fois que vous en avez besoin. Vous avez en vous ces qualités. Sentez votre choix de garder ces qualités présentes en vous et de relâcher le jugement.

Utilisez cette fiche à imprimer pour mettre en scène vos émotions et qualités-ressources.

– – – – –

EX_en_avant_hue

Orientez votre volonté

Redevenez acteur de votre vie et concrétisez. Pour mettre en action vos désirs ou les réorienter, vous utilisez un muscle peu ou mal connu : la volonté. À quel mots associez-vous la volonté ? La volonté est l’instrument psychique qui permet à un désir de se concrétiser (identifier les différents aspects de la volonté ici). La révolution consiste à exercer ce merveilleux muscle qui éveille votre confiance et image de soi. La volonté vous permet d’accorder vos aspirations intimes et le monde qui vous entoure pour créer votre réalité. Comme un artiste, vous allez modeler la matière, vous frottez aux autres et jouer habilement avec les contraintes pour créer votre œuvre. Car il s’agit d’utiliser toutes les ressources qui sont à votre disposition et de devenir suffisamment souple et flexible pour vous lover dans les courbes des obstacles que vous rencontrerez. Sachez-le, chaque difficulté est un tremplin pour saisir une opportunité et développer votre merveilleuse volonté : courage, force, endurance, persévérance, résilience, patience, mais aussi ruse, coup de dé, bienveillance, collaboration, co-création, et tant d’autres qualités.

Le premier pas

C’est le premier pas qui compte et c’est parfois le plus difficile. Vous êtes face à un désir, tel une page blanche, et vous avez peur. Imaginez-vous arrivé. Imaginez votre but atteint ou le projet réalisé. Qu’est-ce qui a besoin d’être révélé ou affronté ? Quelle est la leçon, le message caché ? Sans doute imaginez-vous une montagne infranchissable ? Vous contemplez la montagne et restez figé devant l’obstacle. Allez-vous revoir votre projet à la baisse ? Comme cette personne qui durant un voyage voit dans une vitrine un bijou magnifique, absolument merveilleux et fait pour elle, mais très cher. Que feriez-vous à sa place ? Vous dites-vous : “Non, c’est trop cher, ce n’est pas pour moi, tant pis…” ? Vous rabattez-vous sur un bijou moins beau mais abordable ? Ou bien pensez-vous : “Ce bijou est fait pour moi, il me le faut !” ? Et vous repartez en France, travaillez et économisez pour revenir l’acheter. Vous envisagez même tous les stratagèmes possibles, y compris le vol, pour arriver à l’obtenir. Car rien ne peut arrêter votre désir. Rappelez-vous : le désir ne se justifie pas (lire Désir y es-tu ?).

Déchargez votre monture

Avant de partir, vous avez besoin de trier les affaires que vous emportez. Que gardez-vous, que jetez-vous ?
 Faites la liste de vos peurs et celle de vos ressources. Jetez un sort aux pensées et fidélités inconscientes qui vous retiennent (écrivez-les et brûlez-les, par exemple). Rechargez votre capital émotionnel (lire Le secret des émotions) et utilisez tout acte symbolique pour donner forme à vos décisions.

Composez votre dream team


Pour réussir votre projet, vous avez besoin de votre équipe de cheerleaders. Pensez aux personnes qui croient en vous, vous apportent leur soutien et vous encouragent, à celles qui peuvent vous aider et que vous aimeriez rencontrer. Faites le portrait robot de l’aide que vous attendez et partagez la nouvelle. Listez et composez votre dream team : les personnes qui vous énergisant et sont à fond avec vous. Laissez de côté ceux qui doutent ou critiquent. Cela peut sembler rude mais, pour avancer, vous avez besoin de garder le cap sur vos priorités et d’éviter les tueurs de projet. Ce n’est pas un hasard si Athéna, déesse du discernement et de la stratégie victorieuse, porte un casque : il la protège de tout ce qui peut la détourner de son objectif.

Exercice
  • Nommez votre désir ou projet : celui qui importe ici, maintenant. Prenez le temps de sentir votre motivation et tout ce qui vous donne l’élan d’y aller.
  • Imaginez le premier pas ou la première action, facile (oui, facile !) que vous pouvez faire tout de suite. Pensez à cette première marche aisée à franchir.
  • Puis imaginez les différentes étapes de votre projet jusqu’au sommet. Comme si vous vous apprêtiez à escalader une montagne, établissez vos différents campements de base et plantez-y un drapeau. Au fur et à mesure que votre projet avance, affinez votre objectif. Définissez clairement ce vers quoi vous tendez.
  • Maintenant, avec le même projet ou désir, refaites l’ascension et imaginez un autre parcours, en vous mettant par exemple dans le peau de quelqu’un d’autre. Quel serait le plan d’une personne que vous admirez ?
  • Ou bien renversez la montagne et faites le chemin inverse.
  • Imaginez toutes les options possibles et refaites l’exercice autant de fois que vous le souhaitez pour avoir une vision claire de votre objectif.

Aidez-vous du fichier à télécharger ici.

Célébrez !

Vous pensez peut-être qu’une fois ce projet ou désir réalisé, vous serez enfin vous-même ou pourrez enfin commencez à… Etc. N’oubliez pas : le voyage, c’est ici et maintenant. Vous donnez corps à votre être et projet à chaque pas que vous faites. Pour chaque étape franchie
, célébrez ! Marquez l’évènement et offrez-vous une pensée, un sourire, un cadeau, un moment festif comme vous aimez. Vous êtes en train de créer votre réalité.