Posted on

Connaissez-vous Baubô ?

Baubô, rire de la terre
Baubô représente la personnification du sexe féminin qui fait rire Déméter dans sa douleur.

Qui est Baubô ?

Une déesse, oui, mais basse, une sorte de pétardière, une poissarde au bon gros cœur mais à la cervelle au chômage. D’ailleurs, elle était faite ainsi : c’était une femme sans tête avec des yeux au bout des seins et qui parlait le grec ancien avec sa bouche d’entrecuisses. Et ce qu’elle racontait n’était pas racontable. Elle ne savait que dégoiser des jeux de mots, des blagues nulles, des paillardises de bas-fond, bref elle faisait dans le charnu. C’est elle, donc, Baubô, la déesse sans tête, qui fut envoyée par les dieux à Déméter l’inconsolable.

Déméter rencontre Baubô

Pendant ses neuf jours d’errance à la recherche de sa fille disparue, Déméter parcourt la terre en tous sens : gagnée par la dépression, elle refuse de se nourrir, ne se lave plus et se laisse dépérir. Elle est à bout de force, vieillie et meurtrie par le chagrin. “Elle était dans l’ombre […] et ressemblait à une vieille femme que son grand âge prive du pouvoir d’enfanter et des dons d’Aphrodite.”(1) Alors apparait un corps de femme étrange qui s’approche d’elle en ondulant des hanches et en agitant les seins. Baubô, la déesse des rires obscènes, créature magique sans tête, dont les yeux se trouvent à la pointe des seins et à qui la vulve tient lieu de bouche, contemple Déméter avachie. C’est de cette bouche du bas que Baubô régale Déméter de plaisanteries salées. Ou c’est en soulevant sa robe qu’elle dévoile sa nudité et se livre à une danse du ventre. C’est à la présence d’un petit enfant, le jeune Iacchos, sous le sein, qui sort la tête en riant et en agitant la main, c’est aussi à la musique d’Aphrodite qu’on attribue la guérison de la déesse. Toujours est-il que Déméter se met à sourire, puis à glousser, avant d’émettre un rire bien gras de bas ventre, si clair qu’il réchauffe la terre entière. La terre est sauvée. Il n’est nulle tristesse qui puisse résister aux rires de cette bouche du bas, cette vulve d’où monte l’énergie de la vie. 

Baubô par Magritte, etc
Célébrée par de nombreux artistes, Baubô met en lumière la créativité qui émerge du lâcher-prise.

Baubô représente la personnification du sexe féminin qui fait rire Déméter dans sa douleur. Elle est le mot ou le principe “qui fait voyager dans les régions sensibles où les vocables peuvent balbutier les choses du corps, où la souffrance se trouble face à de l’obscène” (2). Les ondulations du corps  unissent la musique et la danse à une sexualité débridée, hors des des frontières convenues dans les formes sociales du quotidien. Le corps ondule et détend, comme le bercement qui endort le nourrisson, et son nom gronde comme l’aboiement des chiens (baù baù). Baubô se résume en un être de paroles et un marquage sexuel : l’abandon s’accompagne d’une réduction à une image obscène (regard frontal avec la face pubienne, figure d’une anatomie impossible, comme un corps bouclé sur lui-même), créant une véritable communion. C’est au paroxysme du deuil maternel que se situe la rencontre de la déesse avec Baubô. Lorsque que Déméter rit, cela annonce la fin de la désolation et le retour prochain de la fécondité.

Le véritable humour, celui qui libère, émerge de la conscience profonde qui s’amuse du contraste entre l’immensité du mystère cosmique et la frénétique agitation humaine. Le rire est énergie vitale. Il participe d’un rituel qui marque l’intensité et la plénitude de la vie. C’est le rire de la terre verdoyante qui annonce le retour à la vie, le rire divin qui donne naissance au monde : “Dieu ayant ri, naquirent les sept dieux qui gouvernent le monde. Lorsqu’il eut éclaté de rire, la lumière parut. Il éclata de rire pour la seconde fois : tout était eaux. Au troisième éclat de rire apparut Hermès, au cinquième, le Destin, au septième, l’âme”.

Écoutez Baubô s’agiter en vous, tel un éclat de rire lumineux qui agit comme par magie et réveille votre créativité. Faites du rire gras et de l’humour de bas étage une ressource pour vous reconnecter à l’énergie de vie. Comme Magritte et tant d’autres, utilisez votre imagination et vos mains pour dessinez Baubô comme vous la visualisez : ainsi vous intégrez sa force toute animale.

(1) Homère, Hymne à Déméter
(2) Maurice Olender, “Aspects de Baubô, Textes et contextes antiques”, in Revue de l’histoire des religions.

À propos de Vanina Gallo

Créatrice de The Joyful Way, je suis une coach reconnue, une pionnière de la facilitation graphique et l’auteur de “Penser en images”. Je prends soin de l’épanouissement des personnes et contribue avec ma sensibilité artistique au développement harmonieux des organisations. Qu’il s’agisse de vous accompagner à relever des défis quotidiens et existentiels ou de faciliter les réflexions et visions d’un groupe avec la puissance de l’image, je vous aide à innover et à trouver les ressources pour créer la vie que vous désirez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *